Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
HDJ 80 TRIP

Par monts et par vaux, en 4X4, à pied, à vélo.

Acte 7.4 / Across Africa 2015 / Mozambique

Publié le 2 Novembre 2015 par Pierre Faucher

Mercredi 28 Octobre 2015

Chacun quitte le Motel du Wise Owl à son rythme.

Pour parer au manque de ravitaillement, on investi le super marché de la rue principale...

Mutare est grouillante de vie,

Boris "tente de disparaitre" mettant en émoi toute l'équipe (sauf ma pomme, qui était en vadrouille en ville), il réapparait serein…c'est pas le cas de madame….lol

Trois zig, deux zag et l'on sort de la ville pour rejoindre la frontière Zimbabwe / Mozambique à 10h45.

Tout semble assez simple et stressant à la fois :

  • avec notre visa déjà en poche, ça doit accélérer les formalités
  • les carnets de passage en douane et ATA sont "expliqués" à de douaniers forts peu sympathiques (qui de toute évidence refusent de parler anglais).
  • la vente de l'assurance "forcée" par des agent plus qu'insistants - j'en ai déjà une avec A.Forbès à Windhoek –
  • les opportunistes – collants et pénibles - qui proposent aide aux touristes s'activent pour un tips.

Bref, ça roule…jusqu'au moment où je fais la photo "sans autorisation". Ça déclenche un contrôle approfondi des véhicules de la part des douaniers qui m'on vu.

Heureusement tout se passe bien et la fonctionnaire à l'origine du contrôle voudrait même bien que je lui paye le lunch

Trop tentant de faire une photo, non ?. j'en oublie de demander "l'autorisation"....

Trop tentant de faire une photo, non ?. j'en oublie de demander "l'autorisation"....

Frontière passée = radical changement de pays, je me crois à Madagascar.

La pauvreté me saute aux yeux :

  • ces cases de torchis vétustes,
  • ces dizaines de gens en bord de route, à l'affut de clients pour leur bois, charbon et autre lapins vivants,
  • ces accotements "non stabilisés",
  • ces femmes et hommes affublés de bidon pour aller aux puits chercher l'eau,
  • ces carcasses de véhicule à "chaque" virage,
  • ces poubelles à ciel ouvert….

Bref tout transpire la pitoyable place du Mozambique en haut du classement des pays les plus pauvres.

Les sourires ont disparu sur les visages et une photo – demandée cette fois-ci – ne provoque qu'un regard terne.

Nos 4X4 font retourner la majorité des passants…mais on doit passer pour des riches, c'est gênant.

Nous quittons temporairement cet axe routier qui nous fait traverser, d'Ouest en Est, ce nouveau paysage géographique et culturel.

Nous nous "réfugions" dans le parc de Gorongosa, dont l'histoire n'est pas banale non plus, au regard des guerres d'indépendance puis civile qui eurent lieu, au cours desquelles toute la faune en fit les frais pour nourrir la population….

Scène ce vie Mozambicaine....Scène ce vie Mozambicaine....
Scène ce vie Mozambicaine....Scène ce vie Mozambicaine....
Scène ce vie Mozambicaine....Scène ce vie Mozambicaine....

Scène ce vie Mozambicaine....

Acte 7.4 / Across Africa 2015 / MozambiqueActe 7.4 / Across Africa 2015 / Mozambique
Acte 7.4 / Across Africa 2015 / Mozambique
Acte 7.4 / Across Africa 2015 / MozambiqueActe 7.4 / Across Africa 2015 / Mozambique
Jeudi 29 Octobre 2015

6h52 départ du camp.

Le parc est grand comme une fois et demi La Réunion.

Une lionne blessée, boite. Elle se refugie dans un buisson à notre arrivée.

Sortis de la forêt,on parcourt une grande plaine herbeuse qui débouche sur un immense lac….Seule la carte en révèle les contours : Sur le terrain point de plan d'eau en vue...!

Les animaux se font attendre…seuls les Cobes à Croissant, habituelles gazelles, baboons et "pumba" sont au rendez-vous.

Les proies sont là ; pas le prédateur que nous cherchons : le léopard.

Au loin, une nuée de vautours présagent quelques cadavres de springboks...en effet...

Nos loops nous ramènent vers une partie du parc, brulée par un récent incendie; c'n' pas là qu'on va voir du "bétail".

A final, cette boucle de 60 kms m'est plutôt utile à de nouveaux réglages photos qu'a faire de beau cliché, ça fait partie des diversités du voyage.

très peu d'animaux sont visibles, peu de traces aussi...le repeuplement n'a pas encore eu lieu...très peu d'animaux sont visibles, peu de traces aussi...le repeuplement n'a pas encore eu lieu...
très peu d'animaux sont visibles, peu de traces aussi...le repeuplement n'a pas encore eu lieu...

très peu d'animaux sont visibles, peu de traces aussi...le repeuplement n'a pas encore eu lieu...

âmes sensibles méfiance : les vautours nous ont prévenusâmes sensibles méfiance : les vautours nous ont prévenus

âmes sensibles méfiance : les vautours nous ont prévenus

Acte 7.4 / Across Africa 2015 / Mozambique
Acte 7.4 / Across Africa 2015 / Mozambique

Nous avançons maintenant sur la route - je compare au Botswana - bordée de "maisons" et les autochtones qui vont avec.

C'est vivant mais il se dégage un sentiment de misère totale. Ce ressenti m'accompagne tout au long de cette traversée de l'intérieur des terres Mozambicaines !

En chemin…des militaires aux allures de primates…armés d'AK47, nous refusent le passage de la piste prévue, euuuh, ben, on va pas insister… demi tour, nous reprenons l'EN1.

Le détour n'est pas important mais l'état de cette nationale est effroyable pour les jantes et amortisseurs de nos engins…Je suis épuisé de me concentrer pour (tenter d') éviter les nids d'autruches.

Le grand pont de 2km qui enjambe le Zambèze signe la fin de l'étape.

Le Camp de Cau'Cua Lodge est rustique mais propre et pas cher 400 Metica soit 10€.

C'est l'occasion :

  • de bien dormir,
  • de shunter le p'tit déj cause réveillé après tout le monde…
  • de remonter le filtre à air du HDJ, lavé la veille,
  • de voir que les fixations de batteries sont bien desserrées,
  • de partir, un café en main, un paquet de gâteaux de l'autre, les genoux pour le volant…
La piste aurait été plus facile que cette route défoncée, le calvaire pour nos montures... La piste aurait été plus facile que cette route défoncée, le calvaire pour nos montures...
La piste aurait été plus facile que cette route défoncée, le calvaire pour nos montures...

La piste aurait été plus facile que cette route défoncée, le calvaire pour nos montures...

En remplacement du bac, le pont sur le Zambèze : 2000 m et 100 meticals de taxe En remplacement du bac, le pont sur le Zambèze : 2000 m et 100 meticals de taxe En remplacement du bac, le pont sur le Zambèze : 2000 m et 100 meticals de taxe

En remplacement du bac, le pont sur le Zambèze : 2000 m et 100 meticals de taxe

Camp de Cau'Cua Lodge

Camp de Cau'Cua Lodge

le bagne au 21°siècle, pas toujours le reflexe du pourboire pour la photo, c'est pas bien....
le bagne au 21°siècle, pas toujours le reflexe du pourboire pour la photo, c'est pas bien....
Vendredi 30 Octobre 2015 

6h57 : 500 m après le départ de Cau'cua Lodge, un barrage, des militaires nous rackettent sans scrupules. J'y perds mon paquet de gâteaux, seule dentée "facilement" négociable sans ouvrir frigo ou porte feuille. Je suis "vénère". J'ai plus de p'tit déjeuné.

La route est un peu moins détruite qu'hier mais ce n'est pas top.

Les abords changent, la verdure revient partout, on voit qu'on a fait du chemin depuis la Namibie !

Pour preuve, nous "essuyons" un très gros orage qui lave les 4x4.

C'est très dangereux car piétons et cyclistes sont toujours là aussi trempés qu'invisibles !

Pénétrant le District - et la ville - de Namacoura, le revêtement de la EN1 est neuf, les gens semblent plus propres, plus ouverts…moins misérables.

Le manque de moyen développe l'imagination : tout est sujet au spectacle d'un style de vie…que je n'envie pas :

Echopes en bois et paille des réparateurs de vélo, coiffeurs, fripiers, menuisiers et autres, provoquent une concentration humaine grouillante et typique. Des centaines de vélo, moto 50 cc, piétons bordent notre route.

Orage au Mozambique, circuler devient franchement délicat.Orage au Mozambique, circuler devient franchement délicat.
Orage au Mozambique, circuler devient franchement délicat.

Orage au Mozambique, circuler devient franchement délicat.

Une seconde piste se refuse à nous : le pont et la route n'existent plus, probablement emportés à la dernière crue.

Demi-tour, re-calcul d'itinéraire par Maider, on doit faire un détour de 80 kms.

Note petite méharée arrive à Mocuba, je note "l'apparition" des premières vraies maisons en dur (brique, béton et tôles)

à l'arrêt de bus, le ravitaillement "local" assuré. Les oeufs cuit durs et coca (fermé) restent une valeur sûre...à l'arrêt de bus, le ravitaillement "local" assuré. Les oeufs cuit durs et coca (fermé) restent une valeur sûre...

à l'arrêt de bus, le ravitaillement "local" assuré. Les oeufs cuit durs et coca (fermé) restent une valeur sûre...

….Enfin reviennent pistes de latérite, ornières sèches et la concentration de conduite qui va avec.

Les 4x4 sont bien plus à l'aise là dedans et moi aussi. Par contre l'itinéraire est chronophage…

Au fils des heures, seul à bord, j'ai le temps de méditer sur mes histoires…et d'observer

  • Je me dis que certains ont pu accéder au confort : Voit pour cette case isolée : une porte en bois qui ferme, un petit panneau solaire, la proximité d'un puit ! C'est une petite avancée sur la précarité…manque plus qu'un tee-shirt sans trou et propre pour ces gamins incrédules qui me regardent passer….
  • Dans les bourgs plus importants, nous passons un jour de marché ou est-ce chaque jour ainsi ? que sais-je, mais la rue centrale est très animée par les vendeurs qui posent à même le sol leurs produits…
  • Les maisons en ruine des ex-colons ne sont pas "utilisées". Elles sont laissées ainsi comme si l'habitant tirait une fierté à ne pas utiliser les vestiges de leur passé…enfin c'est moi qui le dis..
  • Dans cette région, j'ai le sentiment de moins choquer avec nos "beaux 4x4", vis-à-vis de a population : Lorsque l'on s'arrête, on suscite curiosité, on ne nous mendie rien. Quand la timidité réciproque s'estompe, un contact d'onomatopées franco-portugaise se crée quelques instant. C'est mieux qu'hier.
Acte 7.4 / Across Africa 2015 / Mozambique
Acte 7.4 / Across Africa 2015 / MozambiqueActe 7.4 / Across Africa 2015 / Mozambique
Acte 7.4 / Across Africa 2015 / Mozambique
Acte 7.4 / Across Africa 2015 / MozambiqueActe 7.4 / Across Africa 2015 / Mozambique
Acte 7.4 / Across Africa 2015 / Mozambique
Acte 7.4 / Across Africa 2015 / MozambiqueActe 7.4 / Across Africa 2015 / Mozambique

En fin d'après midi, de hauts cocotiers annoncent les rives de l'océan indien. Nous avons traversé le continent ;-). Certes pas dans sa plus grande largueur, mais l'idée reste symbolique à mes yeux.

Nous sommes à Pebane, ancienne station balnéaire portugaise, qui n'en a que le nom.

Nous dégotons, face à l'océan, un petit nid entre deux dunettes….

Acte 7.4 / Across Africa 2015 / Mozambique
Acte 7.4 / Across Africa 2015 / MozambiqueActe 7.4 / Across Africa 2015 / Mozambique
Acte 7.4 / Across Africa 2015 / MozambiqueActe 7.4 / Across Africa 2015 / Mozambique
Samedi 31 Octobre 2015

Journée essentiellement vécue sur la piste. Cabossée "comme il faut" pour allier plaisir du 4x4 et de découvrir, grâce à ce véhicule tout-terrain, le Mozambique "profond".

  • Jean marc est mis à deux reprises à contribution pour dé-tanker des minibus.
  • Je découvre au hasard d'un arrêt que la noix de cajou "fait" un fruit. Je le goute du bout des dents, prudent, un spectateur (à chaque lunch, c'est nous les singes comme au zoo) me prends le fruit, l'avale tout rond et rigole…Cqfd.

Depuis trois jours nous sommes loin des clichés d'hôtels luxueux,de sable blanc et d'activités touristiques vendus par les agences des voyages.

Même si les contacts avec la population pourraient être plus nombreux, moins éphémères, je pense qu'on ressent bien le pays en voyageant ainsi.

Bivouac sur la plage de PebaneBivouac sur la plage de Pebane
Bivouac sur la plage de Pebane
Bivouac sur la plage de PebaneBivouac sur la plage de Pebane

Bivouac sur la plage de Pebane

Une nouvelle plage nous attend à Angoche pour un bivouac sauvage.

Mon chameau à une grosse épine dans le pied, le pare-choc arrière a perdu ses vis de fixation, il y a une petite fuite d'eau …Je résoudrai ça, tranquillement à "la journée pause".

Sauf que…nous sommes en retard sur notre programme et le jour programmé de "tampon" va devoir être utilisé pour rattrapper le temps et recoller ainsi avec la réservation de l'hôtel prépayé à Dar el Salam. Donc la "course" avec le timing continue, ça me plait moyennement...

l'unique crevaison en 36000 kms de piste africaine...l'unique crevaison en 36000 kms de piste africaine...
l'unique crevaison en 36000 kms de piste africaine...

l'unique crevaison en 36000 kms de piste africaine...

Dimanche 1 Novembre 2015

"La roue lé parterre" ce matin, faut mettre une mèche et regonfler. J'ai l'aide de Georges pour cette opération que je n'ai jamais réalisée. Merci, nous perdrons moins de temps que si je m'y étais attaqué seul.

Comme dit mon ami Gérard, "vaut mieux un qui sait que dix qui cherchent"

C'est la première crevaison en 20 000 kms d'Afrique avec les BF Goodrich Mud, acheté l'an passé à Maun donc ça va. Par contre qu'est ce qu'ils ont "fondus"….

Une nuée de jeunes (pêcheurs ?), sont déjà là, tels "la mouche du coche" autour de nous, sans pour autant trop nous importuner. En partant, un paquet de Ouma (facilement partageable me dis-je) me dédouane d'être le riche et eux les pauvres…

Acte 7.4 / Across Africa 2015 / Mozambique
Acte 7.4 / Across Africa 2015 / Mozambique

6h30, c'est reparti, le long de la côte et par la piste. Nous quittons ce joli bivouac sur le sable blanc, face à l'Océan.

Toujours en raison de notre timing, mis en défaut par une vitesse de progression plus lente qu'escomptée, nous optons rapidement pour la route N 380 vers le Nord. Elle est assez rectiligne et goudronnée, regagner un peu de temps doit être possible.

En chemin :

  • Un nouveau "beau militaire" tente de me soutirer une boisson (que je n'ai pas, d'ailleurs)
  • On assiste au bain, lessive, car-wash, nage en rivière, dominical de tout un village.
  • On shunte Pemba, mais en consolation, nous avons encore deux beaux "bivouacs plage" d'ici Dar-el-Salam.

La nuit vient de tomber (17h30) quand nous arrivons à Macomia, bourgade du Mozambique, côte Est face à Mayotte.

Le Gps indique une petite pension à 600 Méticals (12€), on s'y arrête; Pour le bivouac plage c'est loupé, trop de retard - on aura été trop prétentieux sur le programme ?!?-qu'importe c'est ça aussi le voyage : s'adapter ! ....Ceci étant, ça évite de "sortir la tente" et on y peut prendre une bonne douche.

Pangane Plage
Pangane PlagePangane Plage

Pangane Plage

Un aller-retour de Macomia via  La plage de Pangane et Quiterajo.Un aller-retour de Macomia via  La plage de Pangane et Quiterajo.
Un aller-retour de Macomia via  La plage de Pangane et Quiterajo.

Un aller-retour de Macomia via La plage de Pangane et Quiterajo.

super certes mais avec un gros bémol...les détritus plastiques
super certes mais avec un gros bémol...les détritus plastiques super certes mais avec un gros bémol...les détritus plastiques

super certes mais avec un gros bémol...les détritus plastiques

Lundi 2 octobre 2015

Sommeil mouvementé pour Georges qui se fait attaquer par des puces, exédé il déménage en pleine nuit pour une valeur sure :son 4x4...pendant ce temps, je dors...

Au petit matin, on démarre sans tarder pour aller à la plage de Pangane à 45 km.

Sur place l'impression est mi-figue, mi-raisins : Ce serait idyllique sans la présence de l'homme et immondices ! Quel gâchis pour cette plage citée comme l'une des 15 plus belle au monde...

Après une séance photo, on ré-embarque et s'engageons sur la piste qui est supposée longer la cote. La carte est fausse, un morceau de 45 km n'existe plus depuis...40 ans.

Le détour, nous impose 200 km imprévus et à 11h on repasse devant notre logement de la nuit. C'est ballot ...;-)

En milieu de journée, tout le monde est fatigué donc nous stoppons à Natalie Lodge à Mociboa Da Praia, où George (c'est son jour) rencontre dans la nuit une autre bestiole guère apprécié du genre humain. A snake, une vipère heurtante, spécialement réputé dangereux.

Comme ça pourrait l'être sur un  dépliant d'agence, superbe...Comme ça pourrait l'être sur un  dépliant d'agence, superbe...
Comme ça pourrait l'être sur un  dépliant d'agence, superbe...
Comme ça pourrait l'être sur un  dépliant d'agence, superbe...Comme ça pourrait l'être sur un  dépliant d'agence, superbe...

Comme ça pourrait l'être sur un dépliant d'agence, superbe...

l'invité du soir, une vipère heurtante

l'invité du soir, une vipère heurtante

Commenter cet article

Anne Pipouille 03/11/2015 07:32

cet épisode a enchanté ma nuit blanche. On apprend des choses que l'on soupçonnait mais , pour nous, quelle misère. Photos toujours super belles. Merci.

nath 02/11/2015 18:22

rien a voir avec le botswana et la namibie!! photos à la fois magnifiques et désespérantes!

muse 30/10/2015 18:57

Vu le prix du lunch, le salaire des fonctionnaires et l'originalité de la photo, tu aurais pu lui faire un cadeau, à la douanière!

Pierre Faucher 02/11/2015 17:42

je suis pas un homme facile...

Anne Pipouille 28/10/2015 21:49

Et dire que l'on se plaint'!!!